ESPACE PUBLIC

des efforts renouvelés pour le bien-vivre ensemble


Nous avons créé une direction de l’espace public. Elle a pour objectifs principaux d’assurer la propreté de notre ville, de résorber les désordres dus aux incivilités et d’assurer la tranquillité publique.

La propreté figure au premier rang des préoccupations et signalements des habitant·e·s à travers l’expression citoyenne au sein des dispositifs de concertation, des demandes d’interventions réceptionnées par les services (courriers, mails, appels).
Ce sujet est toutefois l’affaire de tou·te·s, il ne peut trouver sa résolution intégrale dans la seule réponse technique et les moyens de gestion accrus. Il implique l’habitant·e en premier lieu dans son rapport à l’espace public, son usage et rapport à ses propres déchets.

Cela sous-entend qu’il s’agit d’une véritable politique publique aux multiples leviers (éducatifs, sensibilisation, communication, structures adaptées en matière de collectes, présence et performance des outils et ressources d’entretien, stratégies de médiation – sanctions envers les comportements inappropriés.

Nous avons revu à la hausse les moyens consacrés à la propreté des espaces publics, réorganisé la périodicité et la sectorisation afin d’améliorer l’efficacité.

Pour faire face aux incivilités récurrentes en terme de dépôts sauvages, le Territoire met à disposition de la Ville 2 agents, pour un coût estimé de 155 000 euros/an.
La propreté pèse lourdement dans le budget de fonctionnement de notre ville. Nous y consacrons 1,2 millions d’euros par an (prestataire et personnel communal), somme à laquelle il convient d’ajouter le cout de la collecte des ordures ménagères, assuré dorénavant par le Territoire pour un montant global de 4,4 millions d’euros par an.
Nous avons renforcé notre coordination avec les différents partenaires : Territoire, bailleurs sociaux, copropriétés, commerçants, associations, RIVED...
Concernant la propreté sur les marchés, nous avons mis en place des « gilets rouges », pris un arrêté municipal pour interdire l’utilisation des sacs plastiques et révisé le règlement.

La ville dispose de 96 caméras, soit 10 % du parc installé sur le département

Concernant la sécurité publique, rappelons que la sécurité publique relève essentiellement de la responsabilité de l’État. Nous n’avons cessé de dénoncer le désengagement financier, les suppressions de postes de policiers, l’insuffisance du parc automobile et la vétusté du commissariat.
Nous avons régulièrement réuni le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) avec le Préfet, le Procureur de la République, le commissaire, l’Éducation nationale, les bailleurs...
Nous avons pérennisé la surveillance des espaces publics, de manière continue, dans les lieux stratégiques identifiés comme étant des sources d’insécurité permanentes et ceci, en lien avec le commissariat.

La Ville, de son côté, a fait son travail et investi pour l’espace public.

La présence humaine dédiée à la lutte contre les incivilités a doublé.

Elle se compose aujourd’hui de 5 équipes spécialisées : les ASVP (contrôle du stationnement payant et gênant), les agents de prévention et de surveillance des parcs) présents entre 12h et 21h sur nos 13 parcs, les patrouilleurs signalant les incivilités et dysfonctionnements dans toute la ville, les policiers municipaux chargés de contrôler la circulation (double file, excès de vitesse, mise en fourrière…) et les médiateurs sociaux présents de 16h à 21h/23h pour intervenir sur les nuisances et conflits de voisinage.